Création et restauration d’une pelouse

Pour la création d'une pelouse, la première question est : graines ou plaques ?

Avant de se lancer dans la création d'une pelouse, nous réfléchissons plus globalement à sa fonction future dans le jardin. S'agit-il d'une aire de jeux pour enfant, ou d'une belle pelouse sur laquelle on ne piétine pas ?

Il est important de penser à l'équilibre et à l'emplacement de la future pelouse.

Jardin Albert Kahn : partie pittoresque

Nos étapes pour la création

Préparation du terrain :

Les résidus végétaux et les pierres sont retirés. Nous évaluons la qualité de la terre, la nature du sol, le drainage et le PH. Puis nous labourons le terrain. La surface est alors nivelée pour rendre compte des creux et bosses. Un griffage est réalisé si nécessaire. Nous émiettons la surface pour éviter les grosses mottes et les pierres qui rendraient la pose des plaques et des semis difficiles.

Technique de la jachère :

Avant de semer, il nous faut connaitre les adventices du terrain, on peut donc laisser un terrain en jachère pendant trois semaines dans le but de ramener à la surface les herbes indésirables et les désherber. Cette opération n'est pas indispensable mais elle est toujours bénéfique pour une pose idéale.

Délimiter l'emplacement :

Celui-ci est fait avec des piquets et des ficelles pour les formes géométriques, et les courbes sont faites avec du sable. Nous prévoyons toujours plus grand, en sachant que nous établirons la forme définitive avec le dresse-bordure.

Le semis :

À notre sens, il y a deux périodes propices pour semer le gazon, le début de l'automne et le milieu du printemps. À ces moments le sol est humide et raisonnablement chaud et les conditions sont optimales pour la germination. Toutefois, le début de l'automne (fin septembre-début octobre) reste la période idéale, car les adventices (les herbes indésirables) sont moins vigoureuses et la température du sol reste encore chaude. À défaut, les jeunes pousses semées au printemps auraient besoin d'un arrosage aux premières chaleurs. Cela implique plus de temps d'attention pour la mise en place d'une nouvelle pelouse. De leur côté, les semis d'automne s'établissent plus facilement et résistent mieux aux premières chaleurs et à la sécheresse qui arrive par la suite.

Le placage :

Cette technique de création de gazon n'est pas forcement la plus simple et même la plus affinée au niveau des compositions de semis qui résultent de l'exposition du terrain et du sol. Par contre, nous regarderons attentivement la composition des plaques qui sont proposées, de façon à savoir si elles sont bien adaptées aux conditions de culture. Pour la préparation du sol, elle est la même que décrit précédemment.

Il reste important d'avoir des placages fournis en rouleaux. C'est un peu plus encombrants, mais la couverture se fait plus rapidement. Il faut les arroser dès la réception. Pendant le transport, le gazon peut être détérioré, et est rarement arrosé.
Par rapport au semis, la pose des plaques a l'avantage de faire apparaître une pelouse dès les premières minutes, cependant on ne doit pas marcher dessus avant plusieurs jours et éviter tout vrai piétinement avant deux mois dans l'idéal.

Le placage s'établit en général plus vite que le gazon semé, nous regarderons par la suite, si l'enracinement à eu lieu (présence de fines racines blanches).

Restauration d'une pelouse existante

Il n'est pas forcément obligatoire dès qu'une pelouse se dégrade, de tout refaire par semis ou par plaques. Dans certains cas, la seule option est malheureusement de tout arracher pour re-semer. En revanche, il est souvent possible d'apporter de grandes améliorations à une pelouse en relativement peu de temps. Pour cela, on modifie les conditions de celle-ci et on met au point un plan d'action de restauration sur plusieurs saisons, selon la demande du client.

Parfois, une grande surface de la pelouse présente de gros problèmes. Par exemple, s'il y a trop de concurrence avec des adventices (herbes indésirables, mousses, lichen), zones abimées (maladies, taupes et vers) ou bien des mauvais traitements, comme une tonte irrégulière (avec de trop long à trop court), un mauvais usages des fertilisants (engrais) et un piétinement répété. Il est alors préférable d'arracher ce qu'il en reste et d'installer une nouvelle pelouse.

"Passage" dans un arboretum sur Verrières-le-Buisson

Toutefois, la technique du terreautage au compost donnera des résultats probants et verdoyants pour des pelouses au teint jauni.  Il faut scarifier en retirant les herbes indésirables et épandage au compost sur 1 à 2 cm sur toute la surface, puis arroser légèrement à la fin pour la pénétration du compost dans la terre.  Tous les 3 ans, nous pratiquons  le terreautage, qui est moins efficace qu'un engrais chimique et des pesticides pour adventices mais ne dénature pas un sol à long terme. Pour un entretien naturel sur une pelouse établie depuis un certains temps il est possible d'allier le terreautage à l'herbicyclage, après la 1è tonte. L'herbicyclage consiste à laisser les résidus de tonte sur place, plutôt que de les ramasser. Cela peut paraître surprenant car l'aspect n'est pas parfait mais au bout de 2-3 ans la pelouse devient durable, c'est-à-dire résistante et saine, et, au printemps, elle  demandera moins d'eau et de fertilisants. Pour résumer, le terreautage se fait avec un compost parfaitement décomposé et bien mûr (où les graines d'adventices ont presque totalement disparues), et d'autre part, l'herbicyclage permet de laisser la pelouse finement broyée. Attention cependant à bien étaler les ondins. Les deux techniques sont donc complémentaires afin d'éviter toute sorte d'intrants chimiques, je privilégie l'automne si je veux privilégier l'action des racines (renforcement de la pelouse) et le printemps si je veux surensemer (regarnir la pelouse).

Enfin, à titre d'exemple, nos procédons comme suit :

Bordures et réparations

Bonnes tontes, au bon moment et avec une bonne position de lame

Fertilisation du printemps (plus d'azote) et de l'automne (plus de phosphore et de potassium)

Scarification pour les adventices et la chaume (herbes mortes) avec terreautage au compost (idéal) ou au terreau riche "spécial gazon"

Réparation par semis ou par plaques transplantées

Aération du sol, pour apporter drainage et air aux racines

Repos de la pelouse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *